Protestantisme en 1568 dans le bailliage d’Etampes

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans l’autorisation des auteurs du site.

Protestantisme dans le bailliage d’Etampes en 1568

Chevauchée du gouverneur d’Etampes dans les villages, bourgs et bourgades du bailliage d’Etampes le 23 septembre 1568, suivant le commandement de Monsieur d’Antragues gouverneur et lieutenant général du roi aux bailliages d’Orléans, Chartres et Etampes, pour :
– s’enquérir de ceux qui portent les armes pour le prince de Condé et donc contre le roi,
– commettre sur les lieux les personnes capables de faire la description et montre des personnes catholiques portant armes pour le service du roi et se tenant prêtes à partir au premier mandement du sieur d’Antragues.

« L’an mil cinq cens soixante huict le jeudy vingt troysme jour de septembre nous Nicolas Petau docteur es droictz conseiller du Roy nostre sire bailly et gouverneur d’estampes pour ledict seigneur commissaire en ceste partie acompagnez de Michel Brosset escuyer seigneur d’aujanville prevost des mareschaulx audict estampes Me Jacques de Villette son lieutenant Me Michel Moynet nostre greffier Me Simphorian Baron greffier dudict prevost des mareschaulx Abraham Prine [ou Prive ?] Andre Touchet et aultres archers sommes partiz de la ville d’estampes et avons ledict jour et aultres en suivant vacque et procedde a faire notre chevauche par les villages bourgs et bourgades de nostre bailliage et aultres ressortz et enclaves d’icelluy pour nous enquerir suivant le commandement et commission a nous envoyé par Monsieur d’Antragues gouverneur et lieutenant general pour le Roy es villes et bailliage d’orléans chartres estampes et aultres lieux en dacte du quatorzeme des presents moys et an de ceulx qui portent les armes et se sont eslevez en armes descouvertes contre la maiesté dudict seigneur Roy
Et aussy pour commettre sur les lieux les seigneurs juges et aultres personnes capables trouvez sur iceulx pour faire la description et monstre des personnes catholicques cappables de porter armes pour le service du Roy pour y tenir prestz de partir au premier mandement de mondit sieur d’Antragues
».

Au village du Plessis-Saint-Benoît

« Premièrement au village du Plessis St Benoist apres que avons este certiffiez que le seigneur Cardinal Chastillon [Odet de Coligny] l’un des principaulx chefz de la Religion pretendue refformee est l’un de ceulx qui se sont esleves contre la maiesté dudict seigneur Roy avons saisi et ampescher en la grange des champartz dudict Plessis appartenant audict seigneur comme abbé de Sainct Benoist sur Loire les grains estant en ladicte grange estimez par Pierre Sainzard et Nicollas de la Fosse de sept a huict muydz de bled mesure d’estampes deux muydz de mestail huict muydz d’avoyne et huict septiers de meslace le tout mesure d’estampes et apres inquisition par nous faicte audict village avons este informez que ledict sieur Cardinal ni a aultre biens ni revenu sinon les boys et les censives et justice ausquelz grains et censives pour ce que n’avons trouvez aulcuns laboureurs ni aultres personnes solvables. Avons commis pour commissaire Anthoine Dallonville escuyer a ce present qui en a accepte la charge tant pour lesdicts bledz que censives du Plessis et Aulton et promis en rendre compte et luy avons enjoinct de les tenir en bonne et seure garde et faict deffences a tous en general de l’empescher et en signe de ladicte avons mis les panonceaulx et armes du Roy contre la porte de ladicte grange.

 

Et pour le regard des personnes cappables a porter armes nous a ledict Dallonville dict que depuis … ? la plupar desdicts habitans sont deceddez et les aultres sont mallades et ceulx qui pouvoient estre cappables a porter armes sont allez a la guerre tellement que a present ne s’en pourront trouver aulcun cappables a porter armes pour ce que se sont gens vieulx au moyen de quoy n’avons su faire aulcune description et monstre et quand audict seigneur Dallonville nous a dict que de sa part il se deliberoit servir le Roy et mettroit peyne de se mettre en meilleur equipage qu’il pourroit.

 

Audict village avons este informez que ung nomme Robert Huisson laboureur demourant audict lieu de [illisible] est de ladicte religion pretendue refformee et porte les armes contre la maiesté du Roy. Au moyen de quoy nous sommes transportes a sa maison ou n’avons trouve aulcuns meubles et nous ont ses voisins declare que auparavant son partement qui est deux moys ou environ il vendit tous sesdicts meubles et ne scavent a qui au moyen de quoy n’avons peu faire aulcune saisie desdictz biens ».

Au village d’Authon

« Au village d’Authon apres l’information faicte sur le lieu par laquelle nous est apparu que Me Pierre Pasquier lieutenant du bailly dudict Authon est l’un de ceulx qui portent lesdictes armes en est party y a ung moys nous sommes transportez en l’hostel dudict Pasquier ou avons trouve Marie Prinoys (ou Privoys) sa femme qui n’est de la religion laquelle apres le serment preste nous a dict quel croit comme eulx ? que aultrement que ledict Pasquier son mari soit au camp de Monsieur le prince de Condé et que auparavant que de partir vendit tous ses meubles et feist battre tout son bled en gerbe tout si tost qu’il fut en la grange a l’issue de l’aoust. Et a part dire qu’il a este thue et la sondict mary toute destruite et ce qu’ilz avoient est de son costé et avoit ledict Pasquier son chef peu de biens auquel hostel n’avons trouve aulcuns meubles sinon des gerbes que ladicte femme faisoit rebattre et avons este certiffiez que lesdictes gerbes ne peuvent rendre plus de troys septiers de grains qui est du bien de ladicte femme qui est pour nourryr troys petitz enffans qui luy a laissez. Au moyen de quoy n’avons pu faire aulcune saisie.

 

Avons aussy este informez audict lieu que le sieur d’Ezouville (ou Erouville) nommé Desmazis est l’un de ceulx qui s’est eslevé en armes contre la maiesté du Roy. Au moyen de quoy nous sommes transportez audict lieu d’Ezouville avons seullement trouve une femme qui s’est nommee Françoyse Godard veuve de feu Françoys Lefebvre qui a du estre chambriere dudict seigneur qui nous a dict ne l’avoir veu depuis l’aoust et en la grange d’icelluy lieu avons arreste et saisi deux espaces de bled en gerbes tant froment mestaulx que seigles et partie en avoine lesquelz grains ont este estimez par Jehan Adam Robert Becquer ? Jehan Fagiere ? et aultres personnes par nous menez pour cest effet a seize muydz de bled mesure d’estampes demy muyd de seigle et sept muydz d’avoyne a ladicte mesure ; es chambres dudict hostel avons trouve et saisi deux lictz garniz de coiste coisins sans couvertures ung chaslict cinq chaises environ dix boisseaulx de navette et en la cour ung charty ? et n’avons trouve aultres meubles ni sur le lieu trouve aulcune personne pour y establir commissaire.

 

Sommes rethires ? audict village d’Aulton ou pareillement n’avons pu trouver aulcun commissaire et avons signifie a Jehan Chantaloue laboureur y demourant en parlant a sa femme que le y establissons et a luy faict donner assignation au samedy en suivant par devant nous en la ville d’estampes pour accepter la charge

 

Et pour le regard des hommes capables a porter armes n’avons trouve aulcun officier sur ledict lieu ou homme capable pour en bailler la charge d’en faire la description ainsy qu’il nous a este dict qu’il n’y en avoit poinct et que ceulx qui estoient cappables sont allez a la guerre. Au moyen de quoy n’avons faict aulcune monstre ».

Au lieu seigneurial de la Vallée Joannès à Saint-Escobille

« Au lieu seigneurial de la Vallée Joannès appartenant a Guillaume de Boullehart escuyer seigneur dudict lieu qui est de ladicte nouvelle religion. L’avons trouve en sa maison avons a entendre le voulloir et interrogation du Roy portez par ses lettres et mandement pour le regard de ceulx de ladicte Religion qui ne portent les armes qui a declare qu’il est prest d’obeir audict mandement et qu’il est tres humble et obeissant serviteur de sa maiesté [dans la marge il est écrit : depuis il a este saisi a cause qu’il s’est absenté].

A Sainville

« De la sommes allez en la ville de Sainct Ville. Apres information faicte en icelle ville ledit jour vingt troysme et le lendemain vingt quatreme desdict moys et an par laquelle information nous est apparu le seigneur du Chesne le Viel demourant audict lieu du Chesne au bailliage de Chartres, Charles du Terier seigneur de Maisons, Françoys Tronchot laboureur demourant audict Sainct Ville, Pierre Le Bret demourant audict Maisons, Simon Carré aussy y demourant, Estienne Le Bas de Denonville, Gillebert Gueretton de Manterville bailliage d’estampes et Sebastien Audron ? du village d’Aulnay, estre partiz dudict pais et estre allez audict camp et armée dudict seigneur prince et que mercredy dernier en huict jours ilz estoient aux trouppez dudict seigneur prince à Sainct Martin de la Place pres Saumur soubz la conduicte du seigneur de la Noue et que ils y furent combattuz par le seigneur de Martigues partye desquelz dessus nommez furent tuez les aultres blessez et aulcuns se saulverent et passerent l’eaue ».

« Au moyen de quoy nous sommes transportez en la maison dudict Tronchot et en la salle ou avons trouve seullement une femme servante qui nous a dict que la femme dudict Tronchot est audict Chesne le Viel et en la chambre dudict Tronchot avons trouve saisy et inventorie ung chaslit et un lict dessus une huche ung coffre en la cuisine des armoires de boys en l’aultre chambre basse ung chaslit ung buffet et une selle de boys la pluspart desquelz biens ladicte chambriere qui est femme de Crespin Bauldoin nous a dict apartenir audict bauldoin et a elle et non audict Tronchot et que ladicte femme de Tronchot a faict mene ses vandanges audict lieu du chesne. Et quand a leurs meublez n’en avoient poinct audict lieu pour ce que ilz ne s’y tenoient poinct ains [mais] a Orléans ou ilz les avoient faict tous transporter. Sur l’advertissement que avons eu que la femme de Jacques Mace est fermiere audict Tronchot l’avons mande laquelle par nous enquise a dict qu’elle faict de ferme audict Tronchot sept ou huict muydz de ble froment mesure de Sainctville n’est certain duquel parce qu’elle ne fest que a contraincte et que … Heurtault Nicollas Tronchot duquel ledict Françoys est tuteur y ont portion. Avons entre ses mains saisi et arreste lesdicts grains et a elle faict deffences de riens paier d’iceulx jusques a ce que aultrement en soit ordonne et ausquelz grains l’establissons commissaire ».

« En la maison de Guillaume Berthelot demeurant audict Sainct Ville qui est de la dicte religion pretendue refformee et lequel comme il nous est apparu par information avoir deux enffans en l’armée dudict seigneur prince de Condé n’avons rien trouve sinon en la grange de ladicte maison avons este advertiz et informez que ont este serrez les grains … champartz dudict Sainct Ville appartenant audict seigneur Cardinal de Chastillon lesquelz grains avons faict estimez par Gervais Sanson laboureur demourant audict Sainct Ville et Pasquier Passedard aussy y demourant lesquelz nous ont rapporte en pouvoir avoir trente muydz de bled mesure de Sainct Ville et quinze muydz d’avoyne a ladicte mesure. Avons saisy et arrestez et a iceulx establi commissaire ledict Gervais Sanson lequel avons aussy estably commissaire aux censives dudict Sainct Ville que l’on dict estre de vingt livres de menuz cens payable le jour des mars prochain et avons faict deffences de n’en vuider ses mains jusques a ce qu’il en ait este ordonne.

 

Plus en la maison de Pierre de la Porte environ six septiers de ble et six septiers de mestail et troys septiers d’avoine et en la grange de Me Jehan Egrot ? environ cinq septiers de mestail le tout appartenant audict Tronchot que avons aussy saissy comme dessus et a iceulx estably commissaire ledict de la Porte ».

« En la mestairye de Me Jehan du Plessis esleu d’orleans asis audict Sainct Ville en laquelle se tient la veuve Guillaume Gounet ? lequel Plessis avons este advertiz porte les armes pour ledict prince avons en vertu que dessus saisy et arreste quatre muydz de bled et ung muyd de mestail mesure de St Ville quelle nous a dict quelle debvra de moyson audict Plessis au jour St Andre et ausquelz grains l’avons estblye commissaire [dans la marge : « le bailly d’orleans a faict venir ce ble a orleans », Sainville relevant du bailliage d’Orléans].

Et pour le regard de la recherche et description des personnes cappables a porter armes avons comis audict St Ville Damien Chevallerye praticien y demeurant auquel a ceste fin avons baille commission au cas pertinant attendu que audict lieu n’avons trouve aulcuns … et aussy que l’on nous a dict que ledict Chevallerye estoit honneste suffisant pour mettre a execution ladicte commission ».

« Et de la sommes allez au petit Sainct Ville en la mestairye dudict du terier seigneur de Maisons en laquelle est demeurant Abel Pinguenet entre les mains duquel avons saisy et arreste en vertu que dessus huict muydz de ble et quatre muydz d’avoyne mesure de Chartres qui faict de ferme par an audict seigneur de Maisons a cause de ladicte mestairye. L’avons faict deffences d’en vuyder ses mains et a luy enjoinct en faire bonne garde comme commissaire et ce nonobstant qu’il nous ait dict que de ladicte quantite de grain dont le terme de paiement eschera au jour St Andre prochain il ayt paie a la damoyselle femme dudict Terier onze vingt livres tournoys par acquis du quinzeme septembre dernier signé Terier qu’il nous a monstré ».

Au village de Maisons

« Au village de Maisons en l’hostel dudict Terier ou n’avons trouve que des serviteurs et servantes sans aulcuns meubles sauf en la salle une table en la cuisine une table ung viel buffet une vieille chaize une vieille armoyre une paire de chenetz sans aultres meubles en la grange deux tas de bled et ung tas d’avoyne et en icelle avons trouve battans lesdictz grains Laurens Guillet ? Roullin ? Bordier et Charles Bardillet lesquelz et aultres par nous appellez ont estime asscavoir ledit bled a dix muydz et l’avoyne a quatre muydz ausquelz grains et meubles et aussy a la quantite de quatre arpens de vigne du cloz dudict hostel qui a este estime a vingt poinssons avons establi commissaire Philippe ? Thion ? demeurant audict Maisons ad ce present qui en a accepte la charge et sur ce que messire Pierre Michau prêtre curé dudict Maisons nous a faict apparoir avoir cy devant faict saisir les grains pour seurette [sûreté] de son gros … deux muydz de bled et deux muydz d’avoine par an en avons ordonne expedition separee du present proces verbal ».

« Au logis de Simon Carré la femme duquel nous a dict qu’il est au camp du prince y a ung moys n’y avons trouve aulcuns grains ni vins ains [mais] seullement deux chaslictz deux lictz une couverture rouge une table deux treteaux ung banc ung buffet ung grand coffre des armoires a mettre habillemens deux escabelles une grande chaise lesquelz meubles avons saisiz et baillez en garde a Thomas Besard demeurant audict Maisons a ce present. Nous a dict ladicte femme que mardy dernier des hommes de cheval habillez de vert appelez les fa… de Chartres vollerent ladicte maison des meilleurs meubles qui y estoient et quelques jours au preceddant furent vollez les meublez dudict sieur de Maisons et mercredy dernier furent pris deux chevaulx aux champs appartenant a Jehan Carré dudict Maisons et que furent des gens de la compagnie du cappitaine Mesnil qui aussy preisdrent Georges Cheron et luy osterent dix escuz.

 

Pour le regard de la description des hommes catholiques avons commis Joachim Carré et a luy baille commissaire au cas pertinant pour ce que n’avons trouve aulcuns officiers sur les lieux et enjoinct de nous envoyer son proces verbal dedans huictaine.

 

En la maison dudict Le Bret audict Maisons y avons trouve sa femme sans que en icelle y ait aulcuns meublez sinon quelques meschans menage de logis qui ne merite estre inventorie aussy quelle nous a dict que tous ces meublez ont este pillez par les gensdarmes et prins par execution pour plusieurs debtes que doibt ledict Le Bret ».

Au village de Denonville

« Au village de Denonville en la maison dudict Estienne Le Bas avons trouve Françoyse sa femme et troys enffans qui nous a dict que huict jours ou environ ledict Le Bas est party et ne set ou il est alle et en icelle maison ont trouve une table deux treteaux deux scelles ung buffet ung coffre une couchette sans chaslict une paire d’armoires une chaize et deux chenetz baillez en garde en ladicte femme.

 

Au chastel dudict Denonville ou avons trouve le seigneur dudict lieu nomme Me Pierre de Brizay, abbe de Sainct Pere en Vallee les Chartres luy avons communicque et donne a entendre la lettre et mandement du Roy pour le regard de ceulx de ladicte religion pretendue refformee qui se trouvent en leurs maisons a fin de suivre le voulloir et intention du Roy ce qu’il a dict voulloir.

 

Au village de Chastenay en la maison de Estienne Duboys seigneur en partie dudict lieu pour ce qu’il est de ladicte pretendue religion voullions saisir les moysons et reddevances qui luy sont deubz par Rene David son fermier ce que avons differe au moyen que avons este sur le lieu informez que ledict Duboys est en Sologne a Favieres pres Chasteauneuf debtenu au lict mallade. Et pour faire la description des hommes cappables a porter armes avons baille la commission a C… Larsonnier notaire dudict lieu de Chastenay et Lestuing et a luy enjoinct de nous envoyer son proces verbal dedans huictaine ».

Au village de Pussay

« Au village de Pussay en la mestairye du seigneur du Chesne Viel avons saisi et arreste entre les mains de Jehan Gillebert son fermier huict muydz de bled froment et mestail et quatre muydz d’avoyne ung porc gras et une douzaine de chappons qui luy faict de ferme par an et a iceulx l’avons estably commissaire lequel a dict que sur ce il a paie a la damoiselle femme dudict seigneur du Chesne neuf septiers et myne d’avoyne mesure dudict Pussay luy avons baille acte d’establissement et pour ce faire mis en sa grange les panonccaulx du Roy.

 

Et pour faire monstre et description des personnes cappables a porter armes ayant trouve Jehan Languedoue escuier l’un des gentilzhommes dudict lieu avons baille ladicte commission qui nous a dict qu’il en fera son debvoir et que pour son regard qu’il est au service du Roy.

A Estouches

Et pour ce que avons este advertiz que le seigneur d’Estouches est l’un de ceulx qui porte les armes pour ledict seigneur prince avons pour plus amplement en informer et saisir ses biens si besoing est commis ledict seigneur d’Aujanville auquel avons enjoinct nous en rapporter son proces verbal ce qu’il a depuis faict et le semblable avons commander a Jacques de Villette son lieutenant pour le regard de Gueretton de Manterville a quoy il a aussy vacque.

 

Le lendemain vingt cinqme desdictz moys et an avons saisi et arreste entre les mains de Hierosme Rossard la somme de huict vingt livres tournoys qu’il nous a dict debvoir audict seigneur cardinal Chastillon de reste de plus grande somme pour vente d’une couppe de boys taillez et oultre la somme de neuf vingt livres tournoys qui luy debvra au jour de Noël prochain pour vente desditz boys et oultre ce qui luy debvra par les aultres annees a eschoir pour pareil cas et a luy faict deffences d’en vuider ses mains jusques ad ce que aultrement en soit ordonne ».

Au village de Rouvres

« Le vingt huictme desdictz moys et an au village de Rouvres dont est seigneur Jehan de Seve ? qui pareillement est de ladicte pretendue religion et qui portoit les armes ses derniers troubles avons au pressoir dudict lieu trouve prins et saisy onze poinssons de vin a luy appartenant et oultre saisy et arreste entre les mains de Robert Hallier son fermier la somme de vingt livres tournoys qu’il a afferme qu’il luy debvoit au jour Sainct Andre prochain pour les boys et censives dudict Rouvres sans comprendre les grains de Boischambault auquel Hallier avons aussy baille en garde ledict vin lequel Hallier a dict et soustenu que ledict seigneur ne porte les armes ains [mais] est en sa maison vivant paisiblement luy avons declare que en informant loy y aura esgard [dans la marge : depuys on a information et se trouve que n’a bouge de sa maison et partant luy a este baille main …] ».

Au village de La Briche

« Ledict jour au village de La Briche ou est demeurant damoyselle Loyse de Languedoue veuve de feu Pierre Le Prince en son vivant escuier seigneur dudict lieu et pour ce qu’il nous est aparu par information que Jacob Le Prince son filz a present seigneur dudict lieu est au camp et armee dudict seigneur prince de Condé avons saisy et arreste jusques ad ce que aultrement en soit ordonne plusieurs ustanciles de meubles trouvez audict hostel qui sont descriptz par le memoire et inventaire de ce faicte separee du present proces verbal entre aultres choses en une grange environ quatorze muydz de ble a battre en ung aultre environ dix sept muydz aussy a battre en une aultre grange environ sept muydz d’avoine a la mesure au bled d’estampes six poinssons de vin clairet nouveau en la cave et huict poinssons de vin blanc aussy nouveau et deux be… de vin viel. Apres laquelle description et saisie s’est opposee la damoyselle de La Briche disant que iceulx biens meubles luy appartiennent par la coustume du bailliage d’estampes et suivant les clauses portees par le contraict de son mariage. Ausquelz meubles avons estably ladicte damoyselle et Georges de Dresines ? escuier commissaire qui en ont accepte la charge ».

Au village de Villeconin

« Au village de Villecongnin avons trouve Pierre de Touteville et Pasquier de Crespel escuyers qui sont de ladicte pretendue religion et sont mallades ont declare qu’ilz sont tres humbles et obeissans serviteurs du Roy et ne portent les armes.

 

Et quand a Jacques Daverton escuyer demeurant audict Villecongnin avons este adverty et informez sur le lieu qui est en l’armee dudict seigneur prince de Condé. Au moyen de quoy apres la diligence faicte en sa maison ou n’avons trouve aulcuns meubles sinon deux poinssons de vin yssus du pressoir que avons saisiz et arrestez et aussy les fruictz de troys arpens de vigne appartenant audict Daverton qui ne sont encore vendanges et au regime et gouvernement d’iceulx avons estably commissaire damoyselle Jehanne de Babin qui nous a dict avoir faict faconner lesdictes vignes et de ce en avons este informez sur ledict lieu ».

Au village de Vaucelas

« Et au village de Vaucellas ou voullions faire saisyr des grains et vins trouvez audict lieu seigneurial et es mestairye dudict seigneur nous a este declaré et atteste que icelluy seigneur de Vaucelas ne porte les armes combien qu’il soit de la pretendue religion ains [mais] est en son lieu seigneurial de Levesville bailliage de Chartres et que de ce nous sera plus amplement informe. Au moyen de quoy avons differe quand a present de passer oultre et depuis avons este informez par lettres dudict seigneur qu’il est en son lieu de Levesville pres Chartes [en marge : depuys il a este saisi comme portant les armes contre le Roy].

 

Et pour le regard de la description des hommes cappables a porter arme et en faire veue et monstre avons commis assavoir pour la paroisse de Souzis Loys de Reviers escuyer seigneur dudict lieu et audict village de Villecongnin Gilles de la Planche escuyer a chascun desquelz en avons baille commission pertinante ».

 

« Et pour ce que estions a L…non d’aultres lettres a nous depuis envoyees de par le Roy l’une pour l’arriere ban l’aultre pour faire arrester audict Estampes et alentour d’icelle la gendarmerye qui y passeroit attendant la venue de Monsieur Laultre ? pour faire saisir et arrester les redevances deues aux abbes et prieurs de ce bailliage avons commis et commectons pour faire la description des hommes cappables de porter armes tant en ceste ville que faulxbours d’icelle le prevost d’estampes et son lieutenant advocat et procureur maire et eschevins de ladicte ville Me Barthelemy Mar… advocat juge de Mereville pour ladicte ville de Mereville et aultres lieux dont il est juge Me Estienne Vassor pour Guillerval et aultres lieux dont il est juge Me Guillaume Vincent pour Mesnil Girault et aultres lieux dont il est juge Me Estienne Chardon Gilles Buchon Estienne Le Vassor advocat et Pierre Lamy et aultres pour les lieux et endroictz dont ils sont juges et ausquelz particullierement et chacun d’eulx leur a este baille commission afin de eulx transporter sur lesdicts lieux et en faire description et proces verbal et a nous rappporter dedans huictaine pour le tout certiffie et estre delivre a Monsieur d’Antragues gouverneur et lieutenant general pour le Roy. A Estampes faict les an et jour que dessus signé Petau et Moyne greffier ».

Source : ADE – série B
Une partie de ce texte a été publiée par Charles Forteau dans son étude sur Pussay « Les registres paroissiaux du canton de Méréville ». Nous n’avons pas connaissance que l’intégralité du texte ait été publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept + = 13