Les cartes postales

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans l’autorisation des auteurs du site.
En cours de réalisation

C’est en 1872 que les premières cartes postales sont vendues par la poste suite à la loi du 20 décembre autorisant la correspondance à découvert et en 1875 qu’un arrêté autorise l’industrie privée à fabriquer des cartes postales. La loi du 20 décembre crée la carte postale et un tarif spécifique de 10 centimes pour la carte locale et de 15 centimes pour la carte circulant de bureau à bureau. Pour ces dernières aucun problème, il existe déjà des timbres à 15 centimes, prévus pour les lettres locales. Par contre, aucun timbre à 10 centimes n’existe. Il faut donc en imprimer. Jusqu’à présent tous les 10 centimes ont été imprimés en bistre et ont tous été prévus pour l’affranchissement des lettres locales. Tout naturellement le timbre à 15 centimes est bistre. Il est impossible, dans l’esprit de l’administration des Postes, que deux timbres de valeurs différentes aient la même couleur. Le temps presse, les cartes postales doivent être mises en vente le 15 janvier 1873, le ministre entérine le choix de l’administration : le 10 centimes sera brun sur rose.

Le 1er juin 1878 est émise la première carte prétimbrée, envoyée du bureau de poste de l’exposition universelle. L’un des côtés est réservé exclusivement à l’adresse et prétimbré, l’autre est réservé à la correspondance. La carte postale n’a donc pas une bien longue existence, lorsque les premières cartes de Pussay circulent. Les plus anciennes retrouvées à ce jour datent toutes de 1903 et elles sont nombreuses. Pratiquement toutes ont leur verso réservé exclusivement à l’adresse, le recto étant consacré à la photo avec une toute petite bande non imprimée dans le bas pour la correspondance.

Une carte pouvait être simplement envoyée pour dire « deux mots » ou « serrer la main » ou « donner une poignée de main », pour dire « merci », « je pense à vous », « amitiés », mais aussi pour donner des nouvelles aux absents partis à la guerre, en apprentissage ou travailler loin de chez eux. La carte était le moyen de communication le plus rapide pour dire « viens me chercher », « j’arriverais à telle heure ». Les sentiments étaient exprimés en peu de mots, mais ces mots étaient très forts et très simples. On écrivait alors une carte ou une lettre comme on passe aujourd’hui un coup de fil. La seule différence, c’est que les cartes sont restées et qu’elles nous livrent (dévoilent) mille et un secrets de la vie quotidienne. C’est un patrimoine important que le téléphone d’aujourd’hui ne saura pas conserver. C’est à la découverte de ce patrimoine que nous vous convions par le biais du support moderne, alliance de l’ancien et du moderne (du passé et du futur) et puisque moderne il y a, autant laisser une trace de la situation aujourd’hui et faire l’inventaire de ce qui existe et la comparaison avec l’ancien.

Il existe plus de 400 cartes postales sur Pussay.

Ed A. Rameau

Gare de Monnerville desservant Pussay

La ligne Paris-Orléans fut créée en 1843. Elle devait à l’époque passer par Pussay, mais le conseil municipal refusa le projet sous la pression des agriculteurs qui craignaient de voir leurs champs s’enflammer au passage des trains. De ce fait, des services de voiturage s’installèrent entre Pussay et la gare pour répondre à l’intense trafic que les industries et les commerces créaient alors.

Accident à la gare de Monnerville

Le mercredi 28 août 1912, un train de marchandises, après avoir enfoncé un butoir, saute sur la route de Monnerville.

Gare de Monnerville - cachet de la poste du 5 octobre 1913

La gare fut démolie dans les années 70 car aucun voyageur n’y achetait de billet … pour l’évidente raison … qu’il n’y avait personne pour en vendre et que les voyageurs devaient les acheter à Angerville. Une fois la gare démolie, l’administration reconnut qu’il y avait bel et bien des voyageurs et fit construire les abris d’aujourd’hui.

Transport sur la route de Monnerville - cachet de la poste du 22 janvier 1918

Véhicule automobile sur la route de Monnerville

C’est en raison de l’intense trafic d’autrefois que la maison Michau, commerce célèbre à Pussay avait fait construire une réserve pour entreposer ses marchandises à mi-chemin entre la gare et le village, réserve qui se transforma par la suite en maison d’habitation.

C’était à l’époque la première maison située sur le territoire de Pussay en venant de la gare. Les livreurs faisaient sans arrêt la navette entre la gare et la boutique, sans compter bien sûr les livraisons.

Route de Monnerville

Route de Monnerville - cachet de la poste du 2 mars 1915

Route de Monnerville

Route de Monnerville

La place du souvenirs occupe l’emplacement de la grande mare depuis 1921.

La mare - cachet de la poste 23 novembre 1904

L’eau des mares servait aussi à éteindre les incendies et un arrêté est pris en 1857 pour interdire l’embattage des roues chez les maréchaux-ferrants. Ceux-ci ne pouvaient embattre les roues dans leur forge à cause des grands feux que cette opération exigeait. Ils le faisaient donc devant chez eux, au risque de provoquer des incendies. Désormais, seule « la portion de terrain vague située au bout midi de la mare des champs » leur sera permise pour l’embattage des roues, à charge pour eux d’enlever les braises, de nettoyer la place et d’y jeter suffisamment d’eau pour éteindre toute chaleur.

Cette mare recevait naturellement en cas de pluie les eaux provenant de l’écoulement des rues et elle devenait, par suite de l’amoncellement des boues et poussières, un véritable cloaque, dégageant des odeurs pestilentielles dont les riverains se plaignaient beaucoup. C’est en juillet 1913 que, par mesure d’hygiène, le conseil municipal décida de la supprimer et de déverser ses eaux dans un terrain situé en dehors du pays. Cependant, la guerre de 1914 ajourna pour un temps ce projet.

La mare cachet de la poste du 20 janvier 1906

La mare - cachet de la poste de 1906

La mare cachet de la poste du 25 décembre 1907

La mare

La mare - cachet de la poste du 16 décembre 1908

La mare - cachet de la poste 24 juillet 1907

La mare - cachet de la poste 19 août 1909

La mare - cachet de la poste 24 août 1916

La mare

La mare

La mare

La mare

La mare

Le projet de suppression de la mare fut repris après la guerre et le conseil décida d’élever à cet endroit, le monument aux morts.

Inauguration du monument aux morts le 25 septembre 1921 à l'emplacement de la mare

Le monument fut inauguré le 25 septembre 1921. Sur les panneaux étaient inscrits le nom des champs de bataille : la Somme, l’Artois, Verdun, la Marne.

101 enfants de Pussay ne revinrent pas de la  guerre de 1914-1918 et leur nom est gravé dans le grès bleu des Vosges.

Monument aux morts

Monuments aux morts

Monument aux morts

Monument aux morts - cachet de la poste du 22 septembre 1933

Monument aux morts - cachet de la poste du 10 juin 1935

Les arbres ont grandi, une autre guerre est passée et 11 noms supplémentaires sont venus s’ajouter aux précédents.

Sortie d'usine

Sortie d'usine - carte postée le 23 septembre 1926

Rue du midi

Usine de chaussons - carte postée le 9 août 1943

Sortie des ateliers Brinon - carte postée en 1908

Sortie de l'usine

Rue du midi - carte postée le 22 septembre 1913

En 1946, la rue du midi devient la rue Charles Michel

Entrée de l'usine Brinon - carte postée en 1929

Usine Brinon - carte postée le 4 décembre 1939

Usine Brinon - carte postée le 31 juillet 1904

Intérieur de l'usine Brinon - carte postée en 1908

La rentrée des ateliers usine Brinon

Intérieur de l'usine Brinon - carte postée le 9 juillet 1913

Intérieur de l'usine Brinon - carte postée en 1913

Intérieur de l'usine Brinon

Intérieur de l'usine Brinon

Intérieur de l'usine Brinon

la carte a été postée le 27 décembre 1908

Intérieur de l'usine Brinon

Intérieur de l'usine Brinon

Usine Brinon & fils - carte postée en 1937

Le chalet - carte postée en 1904

Face à l’usine, Gustave Brinon, le fils aîné d’Adolphe Brinon, avait fait construire une fort belle demeure appelée « le chalet ».

Le chalet - carte postée le 24 février 1906

Le chalet - carte postée en 1906

Le chalet - carte postée en 1908

Le chalet - carte postée le 5 octobre 1909

Le chalet - carte postée en 1910

Le chalet - carte postée en 1910

Le chalet - carte postée le 15 mai 1910

Le chalet - carte postée le 12 mai 1912

Le chalet - carte postée le 23 janvier 1914

Le chalet

Le chalet

Le chalet

Le chalet

Le chalet

Le chalet est devenu manoir et lui qui abritait autrefois une famille, en abrite aujourd’hui 27. Mais il faut dire aussi que son parc a vu fleurir quelques nouveaux appartements.

Un peu plus loin que le chalet dans la rue, une splendide demeure révèle aussi qu’elle fut construite par un fabricant de bas, Charles Buret, en 1890. Il fit appel pour la construire aux nombreux entrepreneurs alors présents à Pussay et aux matériaux les plus beaux. Elle fut rachetée plus tard par Henri Brinon pour son fils Jacques, à l’occasion de son mariage en 1919.

Le château - carte postée le 25 mars 1916

Le château J. Brinon - carte postée le 18 août 1923

Cette maison a été détruite et remplacé par des maisons neuves.

Rue de Grandville

La petite mare

La mare de la couture ou petite mare fut creusée en 1869 pour remplacer les mares de la place du carouge devenues trop petites et trop dangereuses pour la circulation et pour l’hygiène.

La mare fut supprimée en 1961 pour être remplacée par un square.

Le puits

C’est en 1903 que la ville de Pussay se préoccupe, pour la première fois, d’étudier un projet de distribution d’eau. Deux ans plus tard, un rapport géologique du ministère des travaux publics juge favorablement le forage d’un puits au lieu-dit « Les ouches du moulin » qui commence le 23 juin 1909. En avril 1913, l’eau coule dans les foyers de ceux qui peuvent faire face aux frais de raccordement au réseau.

Le château d'eau

Le puits

Le puits

Le puits - carte postée en 1913

La carte a été prise peu après la construction du puits : il reste un bout de l’échafaudage, mais surtout, les trous dans la maçonnerie qui ont permis de monter cet échafaudage. Sur la gauche, les meules sont bien visibles.

En 1961, l’ancien château d’eau n’arrivant plus à alimenter tout le village en période de pointe, un nouveau réservoir de 500 m3 et de 25 m de haut sera construit. Après la sécheresse de 1976, la municipalité décide de faire effectuer un nouveau forage en contrebas des gargouilles et de le relier au réseau existant

Aux fraises des gaugouilles - carte postée en 1904

Aux fraises des gargouilles

Aux fraises des gargouilles

Les gargouilles

Guinette - carte postée en 1909

Route d'Angerville

Route d'Angerville

Route d'Angerville

Route de Dourdan - carte postée le 10 septembre 1906

Route de Dourdan - carte postée le 16 octobre 1906

Route de Dourdan

Route de Dourdan - carte postée le 19 novembre 1909

Route de Dourdan

Route de Dourdan - carte postée le 16 avril 1914

Route de Dourdan - carte postée le 6 juillet 1920

Route de Dourdan - carte postée le 7 mai 1923

Route de Dourdan - carte postée le 27 juin 1939

Route de Dourdan

Route de Dourdan

Route de Dourdan

Route de Dourdan

Route de Dourdan - carte postée le 10 juin 1950

Route de Dourdan

Route de Dourdan

La nouvelle usine

Cité Brinonville - carte postée le 9 septembre 1908

Manufacture Brinon

Usine des fils G. Brinon - carte postée le 16 juin 1926

Grande rue

La grande rue

La grande rue - carte postée le 19 septembre 1912

La grande rue - carte postée le 6 mai 1914

La rue principale

La grande rue

La grande rue

La grande rue - carte postée le 28 novembre 1905

Grande rue

La grande rue - carte postée le 4 décembre 1913

La grande rue - carte postée en 1906

La grande rue - carte postée le 9 juin 1930

La grande rue

Rue Etienne Laurent

Place du marché - carte postée en 1906

Place du marché - carte postée en 1906

Place du marché - carte postée en 1906

Place du carouge - carte postée en 1907

Place du carouge -

Place du carouge - carte postée le 10 novembre 1909

Place du carouge

Place du carouge - carte postée le 27 novembre 1910

La place - carte postée le 23 septembre 1912

Place du carouge - carte postée le 27 novembre 1912

Place du carouge

Place du carouge

Place du marché

Place du marché

Le festival - carte postée le 2 juin 1914

Place du marché - carte postée le 27 avril 1917

Place du marché

Place du marché

Place du marché - Carte postée le 9 mars 1928

La place - carte postée le 10 août 1951

Place du carouge - carte postée le 5 décembre 1955

Place du carouge

Ecole des filles - carte postée le 17 juillet 1912

Ecole des filles - carte postée le 18 avril 1914

Ecole des filles

La grande ruelle est  percée pour relier la grande rue à la rue du tour du bourg en 1877,  elle est ensuite baptisée rue neuve après des travaux en 1905. En hiver, après de bonnes pluies, la boue devait coller aux chaussures.

Grande ruelle

Rue neuve

A l’occasion du 11 novembre  1946, la rue deviendra rue des FFI en hommage aux FFI de Pussay.

La grande rue

La grande rue

La grande rue

La grande rue

La grande rue

La grande rue - carte postée le 29 avril 1913

C’est en 1905 que le conseil municipal reconnaissant que l’école maternelle est de la plus grande utilité pour la population de Pussay, demande l’autorisation d’utiliser l’ancienne école des garçons pour en faire l’école maternelle. L’autorisation est accordée en août et les travaux terminés en novembre. Auparavant, le bâtiment abritait la mairie appelée maison commune depuis 1792.

Ecole maternelle - carte postée en 1907

Ecole maternelle - carte postée le 5 mars 1923

Après l’école maternelle, la maison abrita ensuite la bibliothèque municipale qui fut échangée en 1992 par l’évêché, moyennant une contribution financière, contre l’actuelle bibliothèque. Elle est devenue aujourd’hui la salle paroissiale Saint-Rémy.

Avenue des tilleuls - carte postée en 1904

Avenue des tilleuils - carte postée en 1906

Avenue des tilleuils - carte postée le 10 jullet 1907

Avenue des tilleuils - carte postée le 14 octobre 1908

Allée des tilleuils - carte postée le en août 1910

Avenue des tilleuls - carte postée le 24 février 1913

Allée des tilleuls - carte postée le 17 avril 1920

Allée des tilleuls

Les tilleuls - carte posrée le 17 août 1907

Propriété des tilleuls - carte postée le 10 octobre 1909

Propriété des tilleuls - carte postée le 13 avril 1909

Propriété des tilleuls

Propriété des tilleuls

Le château - carte postée le 13 octobre 1904

L'ancien château

Reste de l'ancien château - carte postée en 1909

Reste de l'ancien château - carte postée le 8 septembre 1910

Reste de l'ancien château

Reste de l'ancien château - carte postée le 6 octobre 1911

Reste de l'ancien château

Le château - carte postée le 24 octobre 1913

Ancien château - carte postée le 22 mai 1914

Ancien château

Reste de l'ancien château

Le château

Reste de l'ancien château

Reste de l'ancie château - carte postée le 28 août 1920

Reste de l'ancien château

Reste de l'ancien château

Le château

Le château

Le château - carte postée le 18 août 1932

La grande rue

La grande rue - carte postée en janvier 1905

La grande rue - carte postée le 3 juin 1910

La grande rue

Grande rue

La grande rue

La grande rue - carte postée en 1908

La grande rue - carte postée le 15 mai 1922

La grande rue - carte postée le 31 juillet 1935

La grande rue

Rue Etienne Laurent

Rue principale

Place de l'orme

Place de l'orme

Place de l'orme

Place de l'orme

Place de l'orme - cachet de la poste de 1906

Place de l'orme

Place de l'orme

Place de l'orme - Cachet de la poste du 20 juillet 1910

Place de l'orme - cachet de la poste du 13 août 1928

Place de l'orme

Place de l'orme - cachet de la poste du 22 mai 1934

Place de l'orme

La grande rue - carte postée le 15 juillet 1914

Rue Etienne Laurent - carte postée en 1952

Rue de la brèche

Rue de la brèche - cachet de la poste de 1907

Rue de la brèche - cachet de la poste du 6 janvier 1939

Rue de la mairie

La poste et la mairie

Rue de la mairie

Ecole des filles

L'église - carte postée le 21 août 1903

Intérieur de l'église - carte postée le 22 septembre 1906

L'église

Le marché - carte postée en 1907

Le marché place de l'église

L'église - carte postée le 28 juillet 1907

L'église

Intérieur de l'église - carte postée en 1908

L'église

L'église

Place de l'église 3 - carte postée le 13 septembre 1909

L’église

L'église

Intérieur de l'église - carte postée le 27 avril 1911

L'église - carte postée le 14 septembre 1913

Intérieur de l'église

Rue de l'église - carte postée le 14 août 1914

Intérieur de l'église

L'église - carte postée le 29 avril 1915

L'église - carte postée le 22 juin 1915

L'église - carte postée le 28 août 1920

Place de l'église 2

Place de l'église

Place de l'églse

Place de l'église

L'église

Rue de l'église

Place du jeu de paume

A l’occasion du 11 novembre  1946, la rue du parc devient la rue de la Libération.

L'ouvroir

La maison verte - carte postée le 07 avril 1907

Rue du parc - carte postée le 27 septembre 1907

Rue du parc - carte postée en1909

Rue du parc - carte postée en 1929

Rue du parc - carte postée le 20 août 1932

Rue du parc

Rue du parc

Rue du parc - carte postée le 24 octobre 1935

Villa

On appelle aussi cette belle maison, la maison Imbault, nom du propriétaire qui la fit construire et qui était alors  fabriquant de bonneterie

Rue de la Libération - catre postée le 28 août 1954

Vues de Pussay

Vue à vol d'oiseau

Vue partielle - carte postée en 1910

Vue aérienne

Vue aérienne

Vue générale - carte postée le 18 août 1913

Vue générale

Vue générale - carte postée le 3 mars 1914

Vue générale

Vue générale

Vue générale

Vue générale

Vue générale

Commentaires :

Richet Paul le 29 janvier 2012

Belle rétrospective de Pussay, j’ai habité pussay de 195O à 1970, j’aurai aussi aimé voir des photos de cette période, ce qui est assez rare, peut être considérée comme trop récente ?

Administrateur le 30 janvier 2012

Bonjour,

Merci d’avoir lu notre site et de vous y être intéressé. Nous venons de mettre en ligne en janvier, un ensemble de photos prises en 2005 sur le site de l’ancienne usine Brinon, ensuite Librairie de l’Armée de Terre, et sa transformation (photos 2007). Il est vrai que nous n’avons pas encore mis en ligne de cartes postales des années 1950-1970, car elles sont pour la plupart en « reproduction interdite ». Nous allons cependant faire le tri et mettre celles que nous pourrons. Nous vous donnons donc rendez-vous le mois prochain.

Peu à peu, nous compléterons le site avec des photos plus récentes à l’article 20ème siècle. Si de votre côté, vous possédez des cartes postales « reproductibles » ou des documents sur Pussay (photos de classe, de conscrits, etc.), n’hésitez pas à nous en faire part, nous les publierons avec plaisir.

Cordialement

2 réponses à “Les cartes postales”

  1. SACCO Annie dit :

    Bonjour,

    Je suis une descendante de la famille SÉJOURNÉ-BELZACQ. J’ai aussi des BERTRAND en sosa
    Je possède une carte postale de l’Allée des Tilleuls , celle qui est en plusieurs exemplaires sur votre site.La mienne date de février 1908, avec un timbre vert de 5c en haut à gauche, collé la tête en bas.Je l’ai achetée chez un vendeur de cartes postales, il y a un certain temps!:o) Des années! Je l’avais scannée et envoyée au Corpus Étampois…
    Je possède le livre d’Anne-Marie FIRON et je le consulte souvent, j’y trouve des ancêtres.
    Dommage que les photos de mariages ne soient pas identifiées.
    Je ne connais pas du tout cette région, c’est en cherchant la famille de mon grand-père paternel ,assisté de la ville de Paris que je suis arrivée à Pussay, via
    Joséphine Clara SÉJOURNÉ ,née à Paris en 1842, fille de Charles François Félix SÉJOURNÉ et d’une demoiselle BOULAY du Mans, couple marié à Paris.

    Je cousine avec tout Pussay ou presque!:o)
    Bien cordialement
    Annie SACCO du 03

    • admin dit :

      Bonjour,
      Merci pour les deux commentaires laissés sur notre site. Nous reprenons contact directement avec vous pour vous répondre
      Cordialement
      Anne-Marie et Jean-Luc Firon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 − trois =