Bijouterie Horlogerie Auchère

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans l’autorisation des auteurs du site.

Victor Marius Lucien Auchère était horloger, bijoutier, lunetier, au début du 20ème siècle, dans la Grande Rue, actuelle rue Etienne Laurent, où il avait succédé à Joseph Cochin en 1907. Il quitte Pussay en 1922 pour aller s’installer à Nemours et son commerce sera alors repris par un cordonnier, René Carré, jusqu’en 1949.

Pendule « oeil de boeuf » de la bijouterie Cochin à Pussay

Pendule Auchère, avec son cadran agrandi dans le médaillon

Il était également photographe, ayant pris la succession d’un autre photographe précédemment établi à Pussay : Augustin  Rumeau. Son fils Jean Rumeau, né le 1 décembre 1909 à Pussay devient peintre directeur de galerie à Paris. Il décède le 20 mars 1999.

Photographie Auchère, successeur de A. Rumeau, recto

Photographie Auchère, successeur de A. Rumeau, verso

.

Henri Auchère, son fils et peintre bien connu, nous a donné une série de photographies prises à Pussay, qui témoignent du mode de vie au début du siècle. Ces photographies ont été tirées par son fils Henri lui-même, à partir d’anciennes plaques qu’il avait conservées de son père. Elles sont précieuses, car elles nous révèlent la mode du début du 20ème siècle et la façon d’opérer du photographe. Ces photos n’ont effectivement pas été retouchées et en conséquence, elles donnent à voir.

Jean et Henri Auchère, les fils du bijoutier photographe

Il a d’ailleurs pris ses propres enfants, Henri, l’aîné, et Jean, le plus jeune, devant un fond en tissu épais en guise de décor, fond qu’il changeait selon les circonstances. A cette époque, les appareils photographiques n’étaient pas à la portée de tous. Lorsqu’une personne souhaitait conserver un souvenir d’un moment particulier de sa vie, elle allait chez le photographe qui immortalisait l’instant. Il en allait ainsi des cérémonies de mariage, exemple le plus connu, mais ce n’était pas le seul.

Mariage d’une femme de chambre et d’un valet travaillant au manoir des Brinon, rue Charles Michels

Mariage de Jacques Foiret avec Virginie

Les enfants étaient souvent pris en photo dans leurs plus beaux vêtements, même si pour l’occasion, il fallait les emprunter à la famille ou à des voisins. La correspondance notée au dos des cartes postales, également éditées par les photographes comme Auchère, en témoigne : « Ma chère Marthe, dans ma lettre d’hier j’ai oublié de te demander la petite chemise pour Maurice, tu serais bien aimable de me l’envoyer le plus tôt possible, car je vais le faire photographier bientôt. Bons baisers à tous. Hélène ».

Les photographies, tout comme les lettres, étaient attendues avec impatience par les personnes éloignées de leur famille : « Ma chère Clémence, je te remercie beaucoup de ta carte, je vois que tu te promènes beaucoup, tu as bien de la chance, je voudrais bien être comme toi. Dans ma lettre, j’ai oublié de te dire que nous avions un nouveau cocher depuis huit jours, il s’appelle Baptiste, il est de la Vendée. Il a l’air pas mal mais on ne peut encore rien dire. J’attends avec impatience vos photographies. Embrasses bien des fois tes parents pour moi et toi reçois deux gros baisers de ta cousine qui t’aime. Marcelle ». (octobre 1909) ou encore celle-ci « A quand les photos ? Elles se font désirer ces demoiselles » (15 septembre 1905).

Les militaires se faisaient aussi souvent prendre en photo avant de partir au service ou à la guerre.

Tous les personnages des photographies prises par M. Auchère n’ont pas été identifiés à ce jour.

Suzanne et Germaine, les filles de Marie Fauconnier

Léon et Gustave Julien

Le photographe Auchère éditait également des cartes postales, comme celle ci-dessous. Elle est accompagnée d’une autre carte postale montrant son magasin dans la Grande Rue, avec une enseigne de lunetterie : un monocle. Il se pourrait que le petit garçon sur le pas de porte soit Henri Auchère, son fils.

Carte postale de la Grande Rue, non loin du magasin de M. Auchère – Editeur Auchère

Carte postale du magasin Auchère avec son enseigne

Au premier rang, le 3e à partir de la gauche, Henri Auchère

.

Commentaires :

Jerome Auchere le 06/07/2011

Bonjour,

Quelle surprise et que d’emotions de decouvrir des photos et des informations sur ma famille que je ne connaissais pas.
Je suis le petit fils de Jean Auchere qui va feter ses 100 ans a Toulouse le 11.08.2011. Mon grand oncle etait donc naturellement Henri auchere.

Que pouvez vous me dire d’autres sur sur mon arriere grand père? Avez-vous d’autres photos?

J’espere recevoir de vos nouvelles.

Encore merci.

Jerome Auchere

.

Gérard Auchere le 11/07/2011

bonjour
je suis le petit fils de Maria et Marius AUCHERE parents de jean et henri AUCHERE et c’est avec plaisir que je viens de découvrir les quelques photos de mes oncles et je trouve cela génial.
Avez d’autres photos de mes grands parents du temps de leur magasin à Pussay
En vous remerciant cordialement
Gérard AUCHERE

.

Cochin le 01/12/2011

bonjour

Avez vous de votre coté des renseignements sur le successeur de M auchere , Monsieur Cochin ?

Nous venons de découvrir qu’il existait un cochin horloger à Pussay.

Merci de votre aide
cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ quatre = 8